• MIMI MOLETTE

    MIMI MOLETTE




  • PETITE ANNONCE

    RECHERCHE ILLUSTRATRICE OU ILLUSTRATEUR
     
    POUR DES LIVRES POUR ENFANTS

    J'ai écrit des textes pour enfants
    pour des livres d'environ 60 pages avec 7 chapitres.
    C'est une fille de 6 ans qui se raconte, j'en suis à 2 et j'ai quelques idées pour le troisième.
    Je cherche donc quelqu'un qui accepterait d'illustrer ces 2 livres (8 illustrations chacun en comptant celle de la couverture). Nous ferons 50/50 pour les droits... Si nous arrivons à faire éditer les livres !

    pour tout contact :
    mimi.molette@pichardie.com

    voici les liens vers les 7 chapitres du premier livre :
     

    Madame Lucette Avoine
    Chez Mamie Lulu
    Le chat de la voisine
    Le copain de ma copine
    Pendant la récré
    À la maison
    Gustav


    Les aventures de MIMI MOLETTE rassemblées par Bernard Pichardie


    Présentation 

        Milanne, surnommée Mimi Molette, est une jolie petite demoiselle qui n’a pas sa langue dans sa poche. Elle parle de tout en un rien de temps et elle raconte des choses très intéressantes.

    Elle a commencé sur un petit carnet à prendre des notes mais comme ça ne va pas assez vite et qu’elle ne sait pas encore bien écrire, elle enregistre aussi. 

    Avec son autorisation, j’ai pris tous ses « témoignages » écrits et sonores que je restitue le plus fidèlement possible.

    Elle a accepté que je corrige quelques-unes de ses fautes.


    votre commentaire
  • MADAME LUCETTE AVOINE


    Mimi Molette

    Premier chapitre

    Madame Lucette Avoine

     

         Je m’appelle Milanne, j’aime bien ce prénom que je n’ai pas choisi car j’étais beaucoup trop petite quand je suis née, c’est donc Papa et Maman qui ont décidé.

    Des Milanne, je n’en connais pas d’autres. On me dit que ce n’est pas courant et pourtant j’aime bien courir ! Quand je cours, c’est un peu comme marcher mais en plus vite. Il y a aussi la course à pieds, moi je préfère avec des chaussures ou des baskets. Je n’aime pas les lacets alors je demande d’avoir des chaussures qui ont des scratchs, ça fait un petit bruit rigolo quand on les enlève, comme une souris qui grignote des petits pains croustillants, mais il n’y a pas de miettes qui tombent.

    Tous mes amis m’appellent Mimi Molette ; j’aime bien ce surnom que j’ai depuis le jardin d’enfants. Si mes souvenirs sont bons, c’est la grande fille qui s’occupait de mon groupe qui l’avait trouvé.

     

         La voisine est une dame très gentille. Elle me fait rire quand elle rit surtout parce que quand elle parle, je ne comprends pas grand-chose, elle n’a plus de dents, alors, elle a un appareil qui les remplace et qu’elle met uniquement quand elle mange, je pense que c’est pour qu’il ne s’use pas. Ça coute cher. Elle s’appelle Madame Avoine Lucette. Elle a une grosse verrue avec des poils autour, j’ai parfois envie de tirer dessus pour savoir si je peux l’enlever mais je n’ose pas le faire, je pense que je me ferais gronder.

    Elle fait des bons gâteaux et me dit que ses petits-enfants, elle ne les voit que pendant les vacances, alors elle en fait pour moi. Ça arrange Maman  qui n’a pas le temps de faire de la vraie cuisine sauf le samedi. Les autres jours, elle fait du « vite-fait » ou des surgelés.

    J’appelle Madame Avoine Lucette Mamie Lulu, c’est elle qui me l’a demandé. Mais c’est une fausse mamie, des vraies mamies, j’en ai deux Mamie Ouistiti, c’est la maman de Papa, elle aime bien faire des singeries, alors je l’ai appelée ainsi et son surnom est resté. Son vrai prénom est Colette. Elle est beaucoup plus vieille que Papa. J’ai remarqué que les papis et les mamies font toujours plus vieux que les mamans et les papas. Il paraît que c’est normal parce qu’ils sont nés avant. Ma deuxième mamie s’appelle Mamie Violaine, elle c’est la maman de Maman. Elle ne fait pas non plus de gâteaux, quand je lui demande d’en faire, elle dit que des chiens ne font pas des chats en faisant un clin d’œil à Maman. C’est vrai que Maman n’aime pas trop faire la cuisine, et souvent, Papa l’aide un peu. Lui, il dit qu’il l’aide beaucoup !

     

         Je parlerai de mes papis plus tard, je continue avec la voisine, j’ai encore des choses à dire sur elle.  (suite au chapitre suivant)

    texte déposé 

     


    votre commentaire
  • CHEZ MAMIE LULU

     

    Mimi Molette

    Deuxième chapitre


    Chez Mamie Lulu

     

         Mamie Lulu s’habille avec des vêtements bizarres, ils n’ont pas de formes et sont tout noir. Je me demande si elle les change car elle est toujours pareille. Elle a peut-être une série parce qu’elle ne sent pas mauvais. J’ai horreur des odeurs de sueur. Elle a les cheveux gris, mais c’est normal pour une grand-mère. J’ai remarqué que plus les gens sont âgés, plus ils ont les cheveux gris ou blancs. Pour les femmes car pour les hommes, certains n’ont plus de cheveux du tout, ça fait comme un œuf quand on ne l’a pas cassé !

    Maman me dit que les cheveux de Lulu ne sont pas naturels car ils sont de la même couleur partout, elle doit surement faire une coloration. Plus tard, quand je serai plus vieille que maintenant, disons, dans sept ou huit ans, je ferai aussi une coloration mais avec plusieurs couleurs pour que ça ne soit pas partout pareil sur ma tête.

     

         De temps en temps, Mamie Lulu me fait réciter des petits textes que j’apprends pour la classe. Ça s’appelle des poèmes. Elle me fait aussi dessiner en attendant que Papa ou Maman rentre à la maison. L’année dernière j’avais une fille qui me surveillait mais elle fumait à côté de moi, elle a été renvoyée parce que ce n’est pas bon pour la santé. Lulu a proposé de me garder, et je suis très contente. Papa a dit à Maman qu’on allait donner un peu de blé à Madame Avoine, Maman a ri puis elle m’a dit qu’il ne fallait pas que je le dise. Lulu ne veut pas de sous, elle est heureuse de ne pas être seule pendant une heure ou deux. Et moi aussi ça me fait plaisir, si un jour on me demande de garder Mamie Lulu, je dirai oui tout de suite mais si on veut me donner quelques sous, je dirai oui aussi !

    J’aime bien les gâteaux mais j’aime surtout un dessert qui ne se prépare pas avant et j’ai le droit d’aider pour le préparer, je trempe des tartines dans du lait et des œufs battus, ensuite, Lulu les fait cuire dans une poêle, là, elle me dit que je ne peux pas le faire, je suis trop petite, je pourrais me brûler. Quand les tartines sont cuites, elles se mangent très chaudes et pour que ça soit meilleur, je mets dessus du sucre roux, du miel, de la confiture ou du chocolat en poudre. Je peux si je veux mettre un peu de chaque mais j’ai fait l’essai et c’est mieux de séparer les goûts.

     

         Parfois, quand je ne fais pas de bruit en dessinant, Mamie Lulu s’endort dans son fauteuil, elle ronfle très fort, j’ai envie de pincer son nez en lui mettant une pince à linge mais j’ai peur de lui faire mal alors je ne le fais pas. Je ris ou la chatouille un peu, elle se réveille et si je lui dis qu’elle dormait, elle me dit que ce n’est pas vrai, qu’elle était en train de réfléchir. Je fais semblant de la croire parce qu’il vaut mieux pas la contrarier si je veux continuer à aller chez elle après l’école. Je n’y vais pas toute seule, c’est une autre voisine qui a aussi un enfant dans la même classe que moi qui m’amène.

     

    texte déposé


    votre commentaire
  • LE CHAT DE LA VOISINE



    Les aventures de Mimi Molette


    Troisième chapitre

    Le chat de la voisine

     

           Je suis au moins deux heures par jour chez Mamie Lulu. Je sais qu’elle va bien s’occuper de moi. Quand elle n’a pas son dentier, elle prend une pipe et s’amuse à imiter Popeye le marin, elle me fait beaucoup rire. La pipe qu’elle a, elle l’appelle sa bouffarde ; elle appartient à son mari, elle me dit que je ne l’ai jamais vu car il est parti pour un long voyage en Laponie, il reviendra quand il aura trouvé un morceau de glace qui ne fond pas. Je me demande si ça existe mais je la laisse croire que c’est possible de trouver un glaçon qui ne fond pas. Quand elle me montre des photos de son mari, le monsieur est très beau, mais il paraît beaucoup plus jeune qu’elle. C’est normal car j’ai vu la date derrière, juillet 1970. Je commence à savoir lire un peu, surtout les chiffres, je sais aussi les jours de la semaine et les mois. Je fais semblant d’être d’accord avec ce qu’elle me dit pour ne pas la contrarier.

     

         Avant d’aller à la grande école, Maman m’avait montré un calendrier, celui du facteur, pour que j’apprenne les jours et les dates, ça peut servir quand on prend un rendez-vous chez le docteur. Le facteur vient chaque année, avant Noël pour vendre le calendrier, il y en a de toutes sortes, depuis 2 ans, c’est moi qui choisis, je prends toujours des photos, pas des personnages de dessins animés pour lui faire voir que je ne suis plus un bébé. Il me demande si c’est certain que je veux celui-là, je lui dis oui et puis maman lui donne des sous, beaucoup car c’est de l’argent en papier.

     

          Mamie Lulu a un chat, je l’aime, c’est mon ami. Il est tout doux quand je le caresse. Il s’appelle Lucifer, quel drôle de nom ! Quand Lulu dort, je le prends, je le mets sur moi et à son oreille, je lui raconte mes petits secrets. Des fois, il est content de savoir ce que je fais et puis parfois, il commence à bailler, alors je me dis qu’il en a marre de m’écouter et je le laisse partir dans la cuisine où il a son bol de lait. Il ne m’a jamais griffée, pourtant il paraît qu’il est pas toujours gentil, parfois il sort ses griffes quand on vient le déranger s’il est en train de manger par exemple. Lulu a eu le problème, elle fait maintenant très attention. Elle me dit de me méfier, j’ai voulu tenter de le caresser quand il mangeait sa pâtée, il me regarde mais ne me fait rien, je crois qu’il m’aime plus que sa maîtresse ! Lucifer n’aime pas l’eau, quand il doit prendre un bain une fois par mois, Mamie Lulu met des gros gants car là il se fâche pour de bon.

    J’ai demandé à Papa s’il voulait un chat à la maison, il m’a dit que non. C’est dommage. J’ai demandé à Maman aussi, elle a dit la même chose. Pour mon anniversaire, je voulais en avoir un, j’en ai eu un… En peluche, j’étais pas très contente mais je ne leur ai pas dit, je le garde mais je ne lui confie pas mes secrets comme je le fais avec Lucifer.

    texte déposé


    votre commentaire
  • LE COPAIN DE MA COPINE


    Les aventures de Mimi Molette


    Quatrième chapitre

    Le copain de ma copine

     

     

          J’ai une vieille copine, je dis vieille car on se connait depuis au moins 3 ans. On jouait ensemble au bac à sable. Elle s’appelle Sylvette. Sa maman s’appelle Sylvie et son papa Sylvain. Ils ont choisi Sylvette pour elle, c’est pas très original mais après tout, c’est pas important, ça ne la gêne pas.

     

          L’année dernière, un nouveau garçon est arrivé dans notre classe de l’école maternelle, il s’est présenté comme venant d’une autre ville. Ses parents ont déménagé, alors il a dû les suivre. Au début, il n’était pas content, il ne voyait plus ses copains et il ne connaissait encore personne.

    Sylvette et moi, nous l’avons invité à jouer avec nous mais il a commencé par dire « J’aime pas les filles ! » mais comme les autres garçons de la classe préféraient rester entre eux et ne voulaient pas d’un  « étranger », il est quand même venu avec nous.

    Je suis certaine qu’il avait dit « J’aime pas les filles ! » parce qu’il est très timide. Ça s’est très bien passé, il était très gentil. Moi, je l’aimais beaucoup et Sylvette aussi. On voulait toutes les deux l’avoir comme amoureux mais Papi Moustic à qui j’en ai parlé m’a dit qu’il vaut mieux ne pas avoir le même amoureux car on finit par se fâcher, alors, j’ai laissé tomber !

    Pour moi, Kevin est un copain et le petit copain de ma copine. C’est rigolo, les copains, on leur fait la bise sur les joues mais les petits copains, c’est sur la bouche. J’ai vu des plus grands mettre la langue … BEURK ! ! !

     

          Quand j’ai dit à Papi Moustic que Kevin est l’amoureux de Sylvette, il m’a dit que je trouverai un autre bientôt car je suis très jolie et que c’était bien de rester amie avec Kevin.

    Je raconte beaucoup de choses à Papi Moustic qui est le papa de Papa, son prénom est Éric. Le papi de maman s’appelle Claude, pour rigoler, Maman dit qu’il a une tête de prune, j’ai mis du temps à comprendre que c’est parce qu’il y a une sorte de prune qu’on nomme Reine-Claude. Alors, là, c’est moi qui ai trouvé son surnom, je l’appelle Papi Pruneau, au début je disais Papi Prune, mais Papa a dit que ça fait trop « féminin », alors j’ai dit  Pruneau à la place.

     

          De temps en temps, le samedi en début d’après-midi, avec Kevin et Sylvette, on fait une grande ballade mais comme il faut faire attention, il y a toujours un adulte avec nous. C’est le papa ou la maman d’un de nous trois qui vient avec nous. On emmène le goûter, même si on ne part que pour une heure ou deux, des fois qu’on se perdrait !
    J’ai compris que ça permet à nos parents d’aller faire les courses pendant ce temps-là, ils préfèrent les faire seuls car les enfants demandent toujours qu’on leur achète des bonbons ou des jouets.


    texte déposé


    votre commentaire
  • PENDANT LA RÉCRÉ

    Les aventures de Mimi Molette


    Cinquième chapitre

    Pendant la récré

     

          Avec Sylvette et Kevin, on aime jouer ensemble pendant la récré. Mais nous sommes plus de trois. Il y a aussi Amandine et Louis. Amandine est la nièce du papa de Sylvette qui dit toujours « la nièce de mon Papa » au lieu de dire « ma cousine », comme ça, on ne la comprend pas bien et puisqu’elle est coquine, elle aime ça !

    Amandine a de très beaux cheveux, très longs aussi. Un jour, un garçon a voulu tirer dessus, elle lui a envoyé un coup de pied à un endroit où ça fait très mal, il n’a plus jamais recommencé et maintenant, tous les garçons de la classe lui parlent gentiment. Elle a une belle maison, j’avais été invitée pour son anniversaire, il y a au moins six pièces. Ça me parait vraiment très grand par rapport à l’appartement où j’habite et il n’y a pas de jardin chez nous. On avait fait la fête dehors à côté de la piscine. Sa maman avait apporté des gâteaux mais je pense que ce n’est pas elle qui les avait faits, ils étaient beaucoup trop beaux !

    Louis, je ne sais pas où il habite, comme je suis assez curieuse, je lui demanderai. Tout ce que je sais, c’est qu’il a deux sœurs et un frère. Ils vivent avec ses parents dans un appartement, j’espère pour eux qu’il est plus grand que le nôtre !

     

          Pendant la récré, nous nous retrouvons assez souvent tous les cinq, on parle un peu mais on joue beaucoup. Le jeu le plus rigolo est celui de faire rire les autres mais sans parler, alors, on fait des grimaces et nous devons tous nous regarder, si un de nous se retourne pour ne pas rire, il est éliminé. Les autres enfants qui nous voient doivent se dire que nous sommes des fous ! Le meilleur est Louis, il arrive à rester sérieux le plus longtemps ; Kevin avait une fois essayé de le chatouiller mais on n’était pas d’accord, c’était de la triche. Il y a un autre jeu que nous aimons bien, c’est le jeu des métiers, on fait un mime en imitant le travail, alors, le soir à la maison je regarde dans mon petit dictionnaire pour trouver des nouveaux métiers. Une fois, je les ai bien eus, pour le métier de pêcheur, j’ai fait comme si je tenais une canne à pêche et je n’ai pas bougé, personne n’a trouvé. Quand j’ai donné la réponse, les autres m’ont dit que j’aurais pu faire comme si je levais la canne pour prendre le poisson, j’ai répondu qu’aucun poisson ne s’était accroché à l’hameçon, alors, j’attendais !

     

          Au début de l’année, c'est-à-dire en septembre parce que l’année commence en janvier mais pour tous les élèves, c’est septembre, après les grandes vacances. Donc, en septembre, beaucoup avaient amené leur portable, mais comme ils voulaient jouer avec pendant la classe, le directeur de l’école a dit aux parents qu’on n’avait pas le droit de l’utiliser. On peut l’apporter mais il doit être silencieux, alors, ça ne sert à rien de l’avoir ! Et puis, pendant la récré, il y a d’autres choses à faire…


    Texte déposé


    votre commentaire

  • Les aventures de Mimi Molette


    sixième chapitre

    À la maison

     

          C’est marrant, pour parler de l’endroit où nous habitons, Maman et Papa parlent toujours de la maison, c’est une habitude, alors, moi, je dis pareil. Nous n’avons pas une maison mais un appartement. Quand ils étaient petits, ils vivaient tous les deux dans une maison, pas la même, ils se sont connus quand ils étaient déjà grands. Il y a plusieurs pièces, une salle à manger, une cuisine, une petite pièce qui s’appelle le bureau, la salle de bains et deux chambres, une pour tous les deux et une pour moi.

    Ma chambre est très jolie, j’ai choisi la couleur des peintures et la tapisserie, j’ai pas un grand lit parce que je suis toute seule, il y a un grand placard avec tous mes vêtements d’un côté et mes livres et mes jouets de l’autre. J’ai aussi un bureau où je pose mes cahiers de la classe et les livres que je n’ai pas encore regardés. Il y a aussi dessus un lecteur de C.D. avec dedans une radio. Pour faire le lit, les jours où je ne vais pas à l’école, je le fais avec Papa ou Maman, quand je serai plus grande, je le ferai toute seule. Les jours où je vais en classe, le lit n’est pas fait de suite, il faut d’abord aérer la chambre, et quand je reviens en fin d’après-midi, il est fait.

     

          La salle à manger, c’est là où on met la table quand on a des invités. Elle est trop grande pour nous trois, alors on mange dans la cuisine où il y a une petite table. J’aime bien manger dans la cuisine, sauf pour le goûter, quand je suis chez Mamie Lulu. Maman n’aime pas trop faire la cuisine, mais comme elle dit, elle se force quand même, surtout le samedi ; Papa aime bien, lui. Quand il a le temps, il nous prépare de très bons petits plats, et avec Maman, ils essayent de faire « équilibré » comme ils disent pour que je grandisse bien ; pour eux, c’est plus la peine, ils sont assez grands !

    Pour débarrasser la table, c’est souvent moi, mais je sais que bientôt, on va tourner, dès que je vais commencer à faire la vaisselle, je sais que je peux déjà la faire mais je pense que mes parents ont peur que je casse un verre ! Nous n’avons pas de lave-vaisselle, la cuisine est trop petite.

    La salle de bains est très jolie. Je prends la douche tous les soirs, comme une grande mais Maman vérifie si je me savonne et me rince bien. Le matin, c’est une toilette vite faite, de petit chat !

     

          Maman et Papa ont parfois des petits secrets à se dire qu’ils ne veulent pas que j’entende, mais comme je suis très curieuse, je me cache parfois pour écouter ce qu’ils se disent tout doucement. Il y a quelques jours, je les ai vus, ils étaient dans le bureau où Papa range les livres et tous les papiers, il appelle « papiers » des choses importantes à garder. Il touchait le ventre de maman et ils parlaient de bébé. Je crois que j’ai compris !... (À suivre dans le deuxième livre)

    texte déposé


    votre commentaire

  • Les aventures de Mimi Molette


    septième chapitre

    Gustav


          Mamie Ouistiti n’est pas trop fripée pour son âge, je vois qu’elle met des crèmes sur la figure, Papi Moustic dit que le soir, elle est toute blanche et qu’elle lui fait peur car elle ressemble à un fantôme. Il rigole, mais elle, ça ne la fait pas rire ! Elle dit qu’elle va lui donner un coup de balai sur la tête, alors il fait semblant de trembler mais c’est pour de faux …

    Mes deux papis et mes deux mamies ne se voient pas souvent, ils habitent assez loin, quand on fait une fête pour Noël ou pour mon anniversaire, ils viennent mais comme il n’y a pas assez de place à la maison pour tout le monde, on demande aux voisins si Mamie Ouistiti et Papi Moustic peuvent dormir chez eux. Ils sont toujours d’accord car ils s’entendent très bien et se racontent des souvenirs très vieux, du temps où je n’étais pas encore née.

     

          Quand ils viennent, Mamie Violaine et Papi Pruneau préfèrent aller à l’hôtel, il y en a un qui est assez près de chez nous. Ils arrivent la veille pour s’installer. Ils essaient de toujours avoir une chambre qui ne donne pas sur la rue mais de l’autre côté pour être plus tranquilles. Une fois, je suis allée voir, c’est tout petit, il y a le lit, un placard, une chaise et une petite table, et les toilettes avec une douche. Je ne voudrais pas vivre dans un endroit aussi petit !

    J’aime bien aller chez mes papis et mes mamies, il y a plus de place ! Pendant les vacances, j’y vais une semaine chez les uns et une semaine chez les autres, mais pas en suivant parce que mes parents s’ennuient trop quand je ne suis pas là. Je crois qu’ils exagèrent un peu, Papi Moustic qui dit toujours ce qu’il pense m’a dit que Papa et Maman peuvent se reposer un peu quand je suis partie. C’est quand même étrange, je n’ai pas l’impression que je les fatigue ! Quand je serai un peu plus grande, j’aurai le droit de partir pour deux semaines, ils pourront se reposer plus longtemps.

     

          Je vais maintenant parler un peu de Gustav, c’est le chien de Mamie Violaine et de Papi Pruneau. Il est très vieux et tout pas beau ! Il a une niche dans le jardin de leur maison, quand ils partent, c’est un voisin qui vient lui donner à manger. Une fois, j’ai entendu une personne pas très gentille qui disait qu’il faudrait le tuer, j’avais très envie de pleurer. Mamie Violaine m’a expliqué que souvent, quand des chats ou des chiens deviennent très vieux, leurs maîtres les emmènent chez le vétérinaire pour qu’il les pique. J’ai demandé si on le faisait aussi pour les gens, elle m’a dit que non. OUF ! …

    Gustav, c’est un drôle de nom pour un chien, c’est un prénom qui existe mais qui s’écrit Gustave avec un e à la fin. Je ne connais personne qui s’appelle comme ça. Gustav me fait toujours la fête quand j’arrive, mais depuis les dernières vacances, il ne court plus comme avant, il traîne ses pattes de derrière et va très souvent dormir dans sa niche. (À suivre dans le deuxième livre)

    Texte déposé
    fin du premier livre

    les chapitres du deuxième livre dès que les illustrations du premier seront réalisées
    j’espère trouver quelqu’un pour le finaliser
    Bernard 


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique